Fort méconnu


De 1878 à 1880, 600 ouvriers belges vont poser plus de 3 millions de briques pour le construire. L’ouvrage est réalisé avec soin : voûtes et colimaçons, briques posées « en boutisse » (c’est-à-dire en longueur, ce qui confère à l’ouvrage une remarquable solidité).

Un détachement colombophile

Mais, le bâtiment n’a jamais connu l’épreuve du feu. Au milieu des années 1880, un fabricant de jouet en caoutchouc, Eugène Turpin invente par hasard la mélinite, un explosif stable est capable de venir à bout des murs les plus épais. Ainsi, le Fort sera-t-il très vite désarmé et n’accueillera que quelques unités militaires inattendues, comme ce détachement colombophile mobile, de 1931 à 1939.
Il sert surtout pendant les deux guerres à l’armée allemande qui l’utilise comme prison. En 1914-1918, de nombreux soldats britanniques, canadiens et australiens y seront détenus. Ils appelaient le lieu, « le Trou noir ».
Beaucoup de prisonniers civils, de Lille, d’Hellemmes et de Mons, contraints par l’armée allemande à des travaux forcés, y seront enfermés. Aussi, quand le Fort Macdonald est abandonné par l’armée, en 1972, personne n’en prend ombrage.
Bientôt, la ville en prend possession. Elle va le rénover et en faire un lieu de culture et de tourisme avec le conservatoire de musique, les salles d’exposition et de spectacles, le théâtre de verdure (à la place de l’ancien pas de tir) et même un restaurant.
Le Fort à cette particularité de faire partie de l’histoire du vieux bourg et de se trouver au cœur du nouveau quartier. Symbole de la ville, il est le trait d’union entre tous les Monsois. A.CA.(CLP)

Le Fort de Mons, rue de Normandie. Métro : Ligne 2, station Fort de Mons.

Au centre du centenaire de la Grande Guerre

En cette année 2014 où l’on célèbre le centenaire de la Première Guerre mondiale, le Fort Macdonald va devenir le lieu d’accueil de plusieurs manifestations. Les 20 et 21 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine, les deux associations vont proposer une exposition sur le thème de la Grande Guerre. L’Association historique organisera aussi plusieurs visites du bâtiment.

Et pour l’Armistice

En novembre 2014, date anniversaire de l’armistice, la municipalité a battu le rappel de tous les Monsois pour organiser, durant trois semaines, une grande exposition. Les deux associations ont déjà donné leur accord et tous les habitants intéressés sont les bienvenus.
Au cours de ces deux événements, on découvrira des documents et des photographies concernant la commune et jusqu’alors inconnus.

L'association Eugénies exposera, du 3 au 30 novembre 2014, des documents exceptionnels, découverts depuis peu.

Avec l’Association historique

L’Association historique propose, depuis plus de dix ans, sur l'initiative de son président fondateur Jacques Desbarbieux, le premier dimanche du mois, une visite commentée du Fort Macdonald, de 10 h à 12 h. Entrée gratuite. 

Avec Eugénies

Autre association monsoise, Eugénies propose, sur rendez-vous, des visites du bâtiment. Elles visent les groupes constitués. Les deux guides de l’association, Guy Selosse et Jacques Desbarbieux, ont entrepris un tour de France des principaux forts Séré-de-Rivières, du nom du concepteur de l’ouvrage. Ils tissent un réseau de connaissances en même temps qu’ils approfondissent leur culture des ouvrages de défense des années 1880. Eugénies met l’accent sur les nouvelles technologies : le guide ne quitte pas sa tablette, pour illustrer en images chaque point de la visite.
Pour mettre en valeur toutes ces découvertes et mieux faire connaître ce bâtiment, plusieurs projets sont à l'étude.

www.fortdemonsenbaroeul.blogspot.fr www.associationeugénies.blogspot.com. 
5, avenue du Trocadéro à Mons-en-Barœul.