Casemates


Les casemates ou chambrées donnent sur la cour centrale. Dans les forts de 1874, les casernements étaient dimensionnés sur la base d’une place couchée par homme de garnison. L’élément de base des casernements était la chambrée, prévue, en théorie, pour 60 hommes, à raison de 14 lits en fer modèle 1876 pour 4 personnes et de 2 lits pour 2 personnes. Les lits à 4 places étant pour la troupe, ceux à 2 places pour les sous-officiers.


Schéma d'organisation type d'une chambrée.



Les lits avaient une emprise au sol de 2,00 x 1,425 m, ils étaient séparés les uns des autres de 0,73 m, et étaient desservis par une allée centrale de 2,00 m de large. Ils étaient constitués de deux montants, celui de tête étant fixé au piédroit. Celui côté allée, comportait un râtelier à fusils, ainsi que deux tablettes, dont l’une était rabatable. Les sommiers étaient constitués de simples planches.

Dans l’intervalle séparant deux lits, fixées au mur par console, se trouvaient une étagère murale (planche) et une planche à bagages pour un homme, équipée en dessous, de crochets pour suspendre des chaussures, et en façade, de crochets pour le ceinturon, la cartouchière et la baïonnette.

Après 1885, les nouveau ouvrages construits sont équipés de lits de camp à deux étages et travées continues. La capacité de ces lits était de 3 hommes pour 2 mètres par étages. Ils étaient disposés tête au mur, un couloir central de un à deux mètre étant ménagé entre les deux rangées de lits. Les couchages étaient légèrement inclinés (environ 15 cm sur 2 m).

Il existait deux modèles de lits de camps :

Un premier à montants tubulaires de 70 x 70, dont l'élément de base avait 1,35 m de large et 2,60 m de haut pour la tête, contre 2,43 m pour le pied. Tous les deux éléments, un espace de 0,70 m était laissé pour l'échelle d'accès à l'étage. Ce modèle comportait une planche à bagages et un râtelier horizontal par étage, ainsi qu'une tablette formant appui-tête.

Le second à montants en fer en u et cornières, dont l'élément de base avait 2,00 m de large et 2,90 m de haut pour la tête, contre 2,45 m pour le pied. Il comportait à intervalle régulier, une échelle constituée de montants tubulaires 45 x 25 et fers ronds de 25. Ce modèle comportait une planche à bagages par étage, ainsi qu'une tablette formant appui-tête et un râtelier vertical (Déramé, Bois Bourru).


Ci-dessous une ancienne chambrée d'hommes de troupe au fort de Mons-en-Barœul reconvertie en salle de danse. On découvre au mur les fixations des lits, et en bas de ceux-ci des aérations basses.




Cette spécificité qui existe au Fort de Mons, au niveau de la ventilation, n'a semble t-il pas été retrouvé ailleurs. A partir des prises extérieures au niveau de la cour centrale, l'air est ventilé jusque dans les chambrées où il arrive à la base des pièces à travers une grille métallique.




Les chambrées dans d'autres forts



Ci-dessous une chambrée d'hommes de troupe au fort de Bourlémont.


Ci-dessous des lits d'hommes de troupe au fort de Bois l'abbé (Epinal)


Ci-dessous une chambrée d'hommes de troupe au fort d'Uxegney (Epinal)