L'armement des forts

On pense que le fort de Mons-en-Barœul ne reçut jamais son armement. Les canons de l'époque était assez rudimentaire.
Ce sont de haut en bas et de gauche à droite :

1) Le mortier de 1839 qui était encore en service lors de la construction du fort, envoyait des boulets avec un tir très imprécis. Il s'agissait d'un tir courbe en cloche.
2) Le canon de 120 modèle 1878 était lourd et avait un recul d'environ un mètre à chaque coup de feu, le tir était toutefois mieux contrôlé, et il s'agissait d'un tir tendu. Il était avec le canon de 90 installé sur les plateformes d'artilleries.
3) Le canon qui était le plus répandu était le 12 culasse matricule 1884, il s'agissait d'un canon remodelé à partir d'un ancien modèle.
4) Le progrès le plus spectaculaire était l'ancêtre de la mitrailleuse, le canon-revolver Hochtkiss 40 mm, modèle 1879, qui était disposé dans les caponnières avec le 12 culasse.